Biographie

Née à St Quentin, en 1968, Sandrine Hirson commence à peindre à l’huile au milieu des années 90. Autodidacte, il lui faudra plusieurs années avant d’oser exposer ses premières toiles.

Le bleu

Atlantide et univers dépouillés

En Janvier 2001, elle propose une première exposition personnelle avec des toiles à dominante bleue… La série « Atlantide » sera le départ vers une création non figurative. Sortir du figuratif pour créer, par la couleur, l’émotion.

Après le bleu, ce sera le bleu-gris avec des univers marins, puis le rouge et des constructions géométriques… Du temps, des heures passées dans l’atelier à déposer les couleurs, les retirer, les gratter et encore recommencer … pour enfin, peut-être au bout du chemin voir naître une toile … qui résistera ou pas à la destruction ... 

Après une période sans prendre les pinceaux, Sandrine Hirson revient en 2015 avec des univers dépouillés.

L’abstraction, une évidence

Une exploration de tous les possibles

Elle s'investit totalement dans son œuvre sans aucun sacrifice, sans artifices et se met à nu pour faire passer son message, ses idéaux, ses démons. Elle utilise la peinture comme un cri. Son art reflète la mise en œuvre de ses pensées, de son vécu, de sa vie...

Peut-on rester insensible devant son travail, une introspection de l’être et de l'âme humaine qui nous fait vibrer de l'intérieur pour nous toucher, nous transcender, au plus profond de nous-même.

L’abstraction est une évidence plus qu’un choix. C’est une aventure, une exploration de tous les possibles, un cheminement vers l’âme.

Pour toutes ces raisons, Sandrine Hirson peint, joue avec les couleurs, les épaisseurs, les transparences. Sa démarche est exclusivement émotionnelle et passionnée. C’est une démarche intérieure qui donne à explorer ses propres émotions.

Toujours à l’huile, et bien souvent au couteau, elle puise dans ses émotions l’énergie nécessaire à la création. Univers dépouillé et harmonie des couleurs caractérisent sa peinture.

" Une volonté d’aller à l’essentiel "